Lyon – Nice (28 mai 2005)

Pour ce dernier déplacement d’une saison pénible sur le plan sportif, un bus est affrété, direction la capitale des Gaules. Le départ est poussif pour ma part, je risque en effet de louper la navette pour cause de courses intempestives (merci neo…). Le bus est calme, très calme (trop calme ?) mais l’ambiance y est excellente et la première partie du trajet nous voit écouler les quelques bibines présentes à bord, en attendant mieux… Nous nous occupons en procédant à une étude détaillée d’un Newlook chopé à un type devant nous et c’est ainsi, bon gré mal gré que nous arrivons à l’heure de l’apéro : une heure d’arrêt sur une aire dont je ne saurais vous préciser le nom. Comme pour le même déplacement de Lyon l’an dernier, c’est fête ! En effet la mère de So (béatifiée soit-elle), a eu le bon goût de préparer pizze, pissaladière et samoussas pour un régiment. Nous ripaillons donc gaiement, allongés sur l’herbe, à l’ombre d’un soleil qui ne manque pas de causer quelques brûlures à des routiers téméraires (aah ces touristes !).

Grâce à neo, le sky-coca est également de la partie… mais je suis le seul à en profiter, monsieur trouvant la chaleur trop accablante à son goût pour se délecter de ce type d’alcool. Faisant fi de ce genre de détails, les verres s’enchaînent pour ma part, ce qui me vaudra par la suite de tanguer légèrement à l’arrivée… En repartant nous croisons le bus ARN, une occasion de soutirer quelques tafs pour ma part et carrément un bout pour neo, histoire d’agrémenter un peu plus la suite du trajet. Je ne saurai d’ailleurs pour ma part vous conter le reste du voyage, étant alors quelque peu imbibé…Je me souviens avoir traité de sujets divers avec quelques personnes, mais alors savoir quoi et à qui ? (…)

Passons donc directement à l’arrivée dans Lyon et au stade Gerland… qui n’a pas changé si ce n’est que cette année, nous sommes placés dans le petit parcage, c’est toujours sympa de visiter ! La fouille est rapide, quoique légèrement poussive pour ma part, encore sous l’effet de mon apéritif prolongé. Nous retrouvons Bruno, Damien et les jumeaux et pouvons pénétrer dans l’enceinte de ce lieu magique qu’est le stade Gerland (ou pas). Neo et Bruno tentent de bâcher, sans trop de succès manque de scotch aidant… tant pis ! La chaleur est écrasante et il faut quelques allers/retours aux chiottes pour éviter de tomber dans les vaps.

Après une bonne heure d’attente et l’arrivée de la BSN, la partie débute enfin. L’ambiance du parcage, garni d’environ 300-350 nissart, est excellente. Les chants sont bien repris et pour une fois tout le monde participe ! Sur le terrain je ne sais pas, m’enfin au vu du résultat ça ne devait pas être fameux. Par contre c’est fête chez nous quand à quelques minutes de la fin, un revenant fait son apparition… BRUNO !!! BRUNO !!! BRUNO !!! Dernière apparition sous le maillot rouge et noir, séquence émotion… snif…

A la fin du match, nous sommes priés de dégager rapidos pour permettre aux lyonnais de fêter leur 4ème titre de champion d’affilée (putain…) et regagnons nos bus où la fatigue ne tarde pas à faire son office et à nous plonger irrémédiablement dans les bras de Morphée la magnifique… (zzzz). Bruno, Dam et les jumeaux passant la nuit sur Lyon. Un déplacement ma foi fort sympathique, une ambiance de fête, samedi réussi ! La saison s’achève ainsi sur une bonne note, à l’année prochaine !

A noter une très belle prestation des hools lyonnais, venant brandir un drapeaux ultras sur et payer des zieg au bas de la tribune lors de l’envahissement de la pelouse.

Laisser un commentaire